Le Comportement du Dogue Allemand :  
 
     
 

Doué d'un bon naturel, affectueux et attaché à ses maîtres, tout spécialement aux enfants ; réservé envers des étrangers. On recherche un chien d'accompagnement et de famille sans peur et plein d'assurance, docile, réceptif, sans agressivité et au seuil de réaction élevé.

Standard FCI N° 235
13.03.2001
 

 

     
  Intro :  
 
     
 

Le comportement d'un chien, c'est tout ce qu'il est ou fait.

Comme toutes les autres races de chiens, le dogue est le résultat d'un travail de sélection que l'homme a commencé il y a dix mille ans.
Avant d'arriver au dogue d'aujourd'hui, il est passé par bien des étapes qui ont constitué le bagage génétique de sa race. Celui-ci sera déterminant dans la définition de son comportement.

Pour étudier le caractère du dogue allemand, la seule observation de la race n'est pas suffisante.
Quelles que soient ses capacités héréditaires, le chien ne naît pas savant mais avec des aptitudes à être éduqué, dressé ou formé à certaines situations.
Cet apprentissage peut aller du simple encouragement de l'instinct jusqu'à un dressage long et laborieux, variant en fonction de l'individu, de sa race, du but à atteindre, etc.

L'environnement aura donc un rôle considérable dans le développement du caractère naturel de votre dogue.

 
 
     
     
  Origines Génétiques :  
 
 

Au fil des siècles, le dogue et ses ancêtres furent tour à tour gardien de corps et de logis, chien de guerre et de combat, chasseur de gros gibier, etc.

Comme vous pourrez le découvrir en étudiant l'historique de la race, les sélections effectuées sur celle-ci l'ont amenée au fil du temps à un rapport de proximité avec l'humain.

Le terme le plus approprié que j'ai entendu pour décrire le dogue d'aujourd'hui est "compagnon de garde".

 
     
  Compagnon :  
   
     
 

Le dogue allemand fut longtemps considéré par le monde cynophile comme inapte à l'apprentissage, juste bon à jouer les Apollons de gazon anglais.

En fait , le dogue a toujours en lui les capacités de ses ancêtres, qu'ils soient gardiens, combattants ou chasseurs. Ses capacités ne sont plus à l'ordre du jour des sélections d'élevage et bien que le dogue ne soit pas spécialisé dans l'un ou l'autre travail, il pourra certainement y tenir son rôle avec honneur(s'il y est bien guidé par son maître).

Le seul rôle où il excellera est celui de compagnon. Il sera pour son maître et les membres de sa famille un compagnon dans le sens le plus noble du terme.

Ce chien est doté d'une très forte réceptivité à son environnement et aux siens. Il ne supportera pas un dressage par la force et détestera les réactions excessives, lunatiques. Il se figera devant toutes formes de violences.

Par contre il se laissera facilement guider par un maître patient vers l'apprentissage de n'importe quel exercice, dans un pur plaisir de complicité. Le dogue ne se dresse pas, il s'éduque.

Peut-être est-ce un peu dû à son "volume humain" et ses regards charmeurs mais le dogue a également l'art de se fondre dans l'univers de la famille. Il n'aura qu'un maître et le vénérera. Mais les siens seront sacrés, il se fera ourson pour les enfants et gardien de leur bonheur. Toujours en éveil, il sera le combattant de votre solitude.

Le dogue allemand est un fou de vie, il est compagnon de joie et de tristesse, il peut être discret ou souvent trop présent mais dans tous les cas, n'espérez jamais lui donner plus d'amour qu'il ne vous en rendra.

Qui a la chance de traverser un moment de vie en compagnie d'un dogue, ne s'en oublie jamais.

 
     
  De garde :  
   
     
 

La principale arme du dogue restera la dissuasion. Ce n'est pas un chien qui se dresse au mordant, ce ne sera pas nécessaire et pourrait même être dangereux.

Avec les étrangers, le dogue aura tendance à être méfiant, sa première réaction sera observation et analyse, si possible à distance mais en se plaçant de façon à pouvoir être entre vous et le danger si la situation se corse. Si le propriétaire accepte cette intrusion sur son territoire " maison ", son dogue se laissera vite amadouer et il en deviendra même envahissant si le nouveau venu s'abandonne à la caresse. Par contre, si la situation devient menaçante, il fera face au danger dans une posture exprimant le potentiel de sa puissance et gare à qui ne tiendrait pas compte de cet avertissement. Le dogue donnera sa vie pour son maître et les siens.

En votre absence, le dogue ne supportera pas les inconnus sur votre territoire et beaucoup d'entre eux iront au-delà du simple effet de dissuasion si la situation le nécessite.

Avec les enfants, les petits de la famille, il sera la nounou bodyguard, toujours partant pour le jeu et les câlins, il veillera sur eux comme un ange gardien.
De plus, il est important de signaler que la plupart des accidents surviennent dans un moment où l'enfant crée une vive douleur au chien et que celui-ci ne peut s'y soustraire. Rares sont les enfants qui ont la force de créer une vive douleur au stoïque dogue allemand et encore moins celle de l'empêcher de fuir mais dans des moments comme le retour du maître, le dogue peut se montrer très animé et en oublier le contrôle de son volume.

Il ne faut donc jamais laisser sans surveillance un enfant et un chien dans la même pièce. L'éducation, l'observation et l'anticipation sont les meilleurs moyens d'éviter un accident, quels que soient le chien, sa race et sa taille.


Le dogue n'appréciera guère les situations de conflit et si le ton monte dans la famille, ne vous étonnez pas d'entendre votre dogue grommeler dans son coin, gardien de son clan et pourquoi pas acteur de son harmonie, il ne fera jamais preuve d'agressivité envers les siens.

 
 
     
     
  Influence de l'environnement :  
 
 

Deux facteurs me semblent occuper une place de choix dans ce chapitre : la socialisation et l'éducation. En effet pour que le dogue(comme tout autre chien) puisse être équilibré et ainsi exprimer tout le caractère de sa race, il devra être éduqué et socialisé à la vie sociale humaine.

(Ces deux sujets seront ultérieurement détaillés sur ce site.)

 
   
  La socialisation :  
   
 

Généralités :

La sociabilité, c'est le fait de considérer une situation ou un individu comme connu, amical.
Elle se pratique dès les premières semaines du chiot mais devra être maintenue par de fréquents rappels tout au long de sa vie adulte.

Plus le répertoire de situations connues est grand et plus le dogue sera équilibré et en harmonie avec ce qui l'entoure. Il réagira sans peur ni agressivité et aura même des élans de curiosité.

Le chiot devra être socialisé aux sons et lumières d'intensités diverses, aux humains, à ses congénères et aux autres espèces, il ira faire son tour en ville , en voiture ou en train, à la ferme, etc.

Le cas échéant, dans certaines situations, le chien sera pris de frayeur et son instinct lui commandera de prendre la fuite d'un bond, de toute sa masse et puissance (si vous êtes sur son chemin ou au bout de sa laisse…c'est dommage !!!). Une fois à distance, il observera la situation pour voir s'il y a lieu de s'en éloigner d'avantage ou si le calme est revenu.
S'il n'a pas de possibilité de fuite ou si sa peur lui fait croire que sa vie est menacée, il attaquera.

Avec les autres chiens :

Le travail de socialisation aura commencé avec sa mère et ses frères et sœurs de portée et aura continué avec les chiens (de différentes espèces) qui lui auront été présentés.

Même s'il a tendance à préférer ceux de son espèce, le dogue s'entend bien avec toutes les autres races, il se montrera même curieux et volontaire.
Comme beaucoup de molosses, sa puissance dissuasive lui permet d'avoir rarement à exprimer tout son potentiel.
Les autres chiens n'ont en revanche pas toujours la même attitude. Soit, ils se lanceront dans une titanesque partie de jeu avec votre dogue, soit ils verront votre dogue comme une montagne qui leur tombe dessus et, morts de panique, feront un beau caca nerveux d'agressivité.

En conclusion : Un dogue équilibré sera sociable en présence d'un autre chien équilibré. Il incombe cependant au maître, d'analyser la situation et de l'adapter si nécessaire avant de laisser aller le contact. Mais là nous parlons d'éducation.

Remarque : En ce qui concerne les chiens vivant dans la même maison, qu'il soit dogue ou autres, il est conseillé de pas avoir plusieurs animaux, du même sexe, si le conflit hiérarchique s'installe il a de fortes chances d'être irréversible.
Dans le cas où plusieurs chiens vivent ensemble, veillez à respecter la hiérarchie de la meute dans vos contacts avec eux. Les périodes de chaleur sont souvent propices au conflit.

 
     
  L'éducation :  
   
     
 

Une rubrique entière de ce site sera consacrée à ce sujet, mais il est important de parler sur cette page d'éducation. Car le dogue de souche pure et doté de toutes les caractéristiques comportementales de sa race pourra vite s'en retrouver très éloigné par un manque ou une mauvaise éducation.

Par nature, le dogue est le chien de compagnie par excellence. Sa sensibilité, sa faculté d'observation et l'amour de son maître, le pousseront à s'intégrer dans la famille et devraient vous faciliter la tâche, mais il a besoin d'un maître capable de se faire respecter. Il faut le guider dans son apprentissage de notre vie d'humain.

Ce n'est pas une race contrariante et le plaisir de satisfaire son maître en fait un chien facile à éduquer. Si les règles de la vie familiale sont fixées dès l'arrivée du chiot et si un maître patient l'encourage quand il est sur le droit chemin et le guide pour qu'il ne s'en éloigne pas, le dogue fera vite des bonnes habitudes son quotidien. Il est plus simple d'apprendre que de corriger !

La patience et le calme doivent d'autant plus être des qualités du futur propriétaire car avant d'être le chien dont nous parlons, il sera un dogue de sept, dix ou quinze mois, c'est-à-dire un gamin innocent et attendrissant de cinquante, soixante ou quatre-vingts kilos…qui comme tout autre fera l'expérience de la jeunesse et de ses bêtises. Il est fortement recommandé d'avoir inculqué les bases de l'éducation de son dogue avant qu'il n'ait atteint ses six ou sept mois et la puissance de donner à ses " erreurs de jeunesse " une importance conséquente. Il atteindra la maturité de l'adulte vers l'âge de trois ans

Je terminerai en disant qu'éduquer son dogue est une responsabilité qui incombe à chaque propriétaire pour son confort de vie et l'équilibre de son chien mais aussi pour les autres, qui une fois sur deux verront en votre brave toutou un monstre sanguinaire…

 
 
     
     
  Conclusion :  
 
     
 

Le dogue allemand est un chien de masse et de puissance, il faudra donc l'aider à développer ses capacités naturelles d'intégration dans le monde humain.
Il est attentionné et délicat envers les siens, particulièrement avec les enfants mais il faut être capable de le contrôler dans les moments riches en émotions (retour du maître, moment de la gamelle, etc.), surtout pendant son adolescence.

Il sera gardien discret mais alerte, vigilant, ce n'est pas une arme de guerre, il n'interviendra qu'en cas de nécessité mais généralement de façon très efficace.

Le dogue allemand, c'est avant tout une présence, un ami, un compagnon. C'est un habile croisement entre le soleil et un ouragan. Avoir un dogue, ce n'est pas simplement un chien qui accompagnera votre famille pour un bout de chemin (hélas toujours trop court) mais c'est changer de vie.

Pour ceux d'entre-vous qui voudraient en savoir plus sur le dogue allemand, je ne leur donnerai qu'un conseil, prenez le temps de vous arrêter devant un dogue et simplement, regardez-le vivre. Si vous avez la chance de croiser son regard, je pense que vous aurez compris…

 
 
 
 
     
 
 

Texte écrit pour dogueallemand.com par : Grégory Godrie

 
 
     
     
 
Haut de Page